Passer l’Hiver sereinement

L’Hiver et sa péri­ode bleue sont désor­mais bien là. Dans la nature, la sève redescend aux racines, les ani­maux se met­tent au repos, cer­tains hiber­nent…
Au pro­pre comme au fig­uré, c’est le moment d’imiter la nature et de ralen­tir… 

I- L’Hiver, que se passe-t-il pour l’organisme?

La théorie des 5 élé­ments (le Bois, le Feu, le Métal, l’Eau et la Terre) représente les phas­es d’un cycle auquel cor­re­spon­dent les saisons. L’Hiv­er a une influ­ence sur nos organes. En MTC (médecine tra­di­tion­nelle chi­noise), chaque sai­son est en lien avec un aspect énergé­tique représen­té par un organe spé­ci­fique.

En hiv­er, l’élément dom­i­nant est l’Eau.
Le moment de la journée qui est asso­cié à cette sai­son est la nuit à 0h00.
En cela, l’Hiver nous invite au repos, à l’intro­spec­tion et à écouter son corps lorsque la fatigue se fait ressen­tir. 

C’est le duo Reins / Vessie qui aura un rôle clé pen­dant la sai­son de l’Hiver, les reins étant chargés de nous faire “résis­ter” au froid. 
En effet, les Reins sont le siège de notre énergie vitale, et la san­té de vos reins est étroite­ment liée à notre énergie ou notre fatigue. 
Si votre énergie vitale est bonne, vos reins seront plus résis­tants au froid en hiv­er et votre san­té mieux sauve­g­ardée. Si votre énergie vitale est basse, votre immu­nité est affaib­lie et vous êtes facile­ment fatiguée.

D’un point de vue Natur­opathique, le duo Reins/Vessie a un rôle clé dans le net­toy­age et le fil­trage des déchets organiques qui ont été neu­tral­isés aupar­a­vant par le FoieLes reins sont chargés d’éliminer les déchets appelés “acides”, qui sont extraits des ali­ments tels que les pro­téines ani­males, les pro­duits laitiers, l’alcool, et qui peu­vent for­mer de petits cristaux s’ils sont accu­mulés dans l’organisme et mal élim­inés.

Mais quel est le lien entre Reins et Som­meil ?

Et bien, si le moment de la journée asso­cié à la sai­son de l’Hiver est la nuit, c’est aus­si à ce moment-là que le corps élim­ine ces acides la nuit, en fil­trant et en les élim­i­nant par les urines. 
C’est pour cela que la pre­mière urine du matin est très chargée (odeurs, couleurs) au réveil ! Le corps a fait son tra­vail d’élimination des acides forts. Il est donc essen­tiel de priv­ilégi­er une ali­men­ta­tion pau­vre en pro­téines ani­males, et surtout de priv­ilégi­er des pro­téines végé­tales au repas du soir de manière générale.

***

C’est donc pour cela qu’il est impor­tant d’avoir un som­meil répara­teur, c’est-à-dire un som­meil con­tinu et non inter­rompu par des réveils noc­turnes. Il con­vient aus­si de se couch­er à des horaires entre 21h30 et 23h00 afin de faciliter l’endormissement et un som­meil répara­teur. Le corps se pré­pare au som­meil dès 17h, lors de la sécré­tion du neu­ro­trans­met­teur de la séro­to­nine. Cette séro­to­nine facilite la détente et le bien-être, et va per­me­t­tre en deux­ième phase de sécréter la méla­to­nine, hor­mone du som­meil afin de faciliter l’endormissement. Il est donc impor­tant d’écouter votre corps quand il a besoin de repos !

Pour priv­ilégi­er et faciliter le repos, cela passe par l’écoute atten­tive des besoins phys­i­ologiques : 

  • manger à des horaires réguliers et avant 21h le soir (dans la mesure du pos­si­ble) afin que la diges­tion ne per­turbe pas l’endormissement et le som­meil.
  • et élim­in­er les ali­ments exci­tants après 17h (café, thé, sucre, alcool, choco­lat) car ils auront une influ­ence néga­tive sur votre sys­tème nerveux et pour­raient per­turber la sécré­tion de séro­to­nine.
  • respecter les rythmes du corps, et priv­ilégi­er aus­si plusieurs moments de détente dans votre journée : méditer, faire une sieste, lire un roman.…

 

II- Rôle Emo­tion­nel en lien avec les Reins et la sai­son de l’Hiver 

Si les reins sont impactés par le froid de l’hiver ou par une émo­tion per­tur­ba­trice, cela peut avoir une influ­ence néga­tive sur ses fonc­tions, tout comme une dys­fonc­tion peut créer une émo­tion. Cette émo­tion en lien avec les Reins est l’émotion de la Peur. Si un déséquili­bre a lieu dans cette sphère, il est tout à fait prob­a­ble que vous soyez (sou­vent) habité par l’émotion de la Peur.

Pour cela, un accom­pa­g­ne­ment en Dien Chan (réflex­olo­gie faciale) peut être très intéres­sant. Cécile Fleury vous en par­le. “Lors de mes con­sul­ta­tions en Dien Chan, je vous pose sys­té­ma­tique­ment cette ques­tion: “Ressen­tez-vous régulière­ment une émo­tion néga­tive, surtout en ce moment ?
Si l’émotion ressen­tie est la Peur, alors je vais venir stim­uler la zone de vos Reins énergé­tiques qui se situe sur votre front. Grâce à mes out­ils de Dien Chan, et tout par­ti­c­ulière­ment la roulette “Yang”, je vais venir ren­forcer votre men­tal face à vos peurs, et ain­si vous per­me­t­tre de pren­dre du recul sur cette émo­tion.”

Pour renforcez votre énergie vitale grâce au Dien Chan, bonnet, caches oreilles et chaus­settes chaudes sont indis­pens­ables pour pass­er l’hiver au chaud. Drôle d’idée n’est-ce pas ? Et bien, sachez qu’en Réflex­olo­gie, la zone réflex­es des Reins est aus­si représen­tée par vos oreilles ! Oui, ne voyez-vous pas une simil­i­tude de forme entre un Rein et votre oreille ?

Vos Reins sont donc influ­encés par le froid sur vos oreilles en hiv­er. Gardez donc bien au chaud vos oreilles. Et si vous êtes sor­tie faire une course par temps froid, et que vous ren­trez les oreilles gelées : Frot­ter vos deux mains l’une con­tre l’autre jusqu’à pro­duire de la chaleur, et cou­vrez vos oreilles. Recom­mencez 3 à 5 fois si néces­saire. Points fer­més, frot­ter vos reins afin de venir stim­uler vos reins et vos glan­des sur­ré­nales (temps qu’à faire !).

 

III- Adapter son ali­men­ta­tion à la sai­son froide 

1) Manger local de sai­son : Tout d’abord, faisons marcher notre bon sens. Notre envi­ron­nement fait par­tie de nous comme nous faisons par­tie de lui. La Nature est bien­veil­lante et sage. Elle nous four­nit ce dont nous avons besoin. Il suf­fit de l’écouter pour bien se nour­rir. Si elle nous donne des mel­ons en été, c’est parce qu’il fait chaud et sec. Alors en mangeant les pro­duits de notre envi­ron­nement local et de sai­son, nous avons toutes les chances de recevoir les nutri­ments dont nous avons besoin. Néan­moins voilà quelques petites astuces pour pass­er au mieux cette sai­son froide.

2) Les repas seront plutôt chauds, les ali­ments cuits et les accom­pa­g­ne­ments crémeux.
Le bol ali­men­taire (ce qui se trou­ve dans votre estom­ac au début de la diges­tion) a besoin d’être à une tem­péra­ture ambiante pour digér­er plus facile­ment. Votre Foie, qui joue un rôle fon­da­men­tal dans la diges­tion et qui joue plus de 300 fonc­tions qui com­pren­nent le fil­tre, le trie, l’élimination et le métab­o­lisme de plusieurs sub­stances, est à un tem­péra­ture con­stante de 42°C ! C’est l’organe le plus chaud du corps. Il paraît donc logique et naturel d’avoir envie de manger chaud en hiv­er, des potages, des soupes… quand il fait froid.
D’autres part, plus vous mangez froid, plus votre corps devra fournir de l’énergie pour le réchauf­fer; et comme on vous a par­lé de repos, ce n’est pas la meilleure sai­son pour le sol­liciter. On se cocoone 🙂

@epicier.ca

Mais avant tout, buvez ! Comme vous le savez, nous sommes con­sti­tués à 65% d’eau. L’eau est vitale pour nous hydrater, fil­tr­er nos déchets… Je vous ren­voie à cet arti­cleEn hiv­er préférez l’eau chaude -cit­ron­née-, les infu­sions, sans oubli­er les bois­sons gour­man­des épicées comme un choco­lat chaud, un lait d’or, chaï ou pump­kin lat­te végé­tal ou à base de lait de vach­es heureuses 😉 

***

Con­cer­nant le repas, en hiv­er c’est la sai­son du retour à la terre avec les légumes racines : bet­ter­ave, panais, carotte, oignons, radisPous­sant sous terre, ils sont sta­bil­isants ; ils per­me­t­tent de nous “ancr­er” physique­ment et émo­tion­nelle­ment.

@lovethegarden

On retrou­ve aus­si les légumes qui “tien­nent au corps” avec les patates douces, les pommes de terre, les courges.. Ils vont nous apporter, avec les bonnes graiss­es, la fameuse onc­tu­osité récon­for­t­ante :  huile d’amandes, d’olives, de noix, de lin, de tour­nesol, beurre cru, ghee… Les fruits secs (noix amande noisettes…) quant à eux sont à trem­per (préger­mer) ou à cuire pour se réhy­drater.
Les céréales types riz, avoine, blé sont par­ti­c­ulière­ment adap­tés car sucrés, nour­ris­sants, faciles à digér­er si bien cuits. Les por­ridges illus­trent la qual­ité onctueuse et, lorsqu’ils sont sucrés et épicés, sont sou­vent de déli­cieux ali­ments récon­for­t­ants. 

@naturespath

Les fruits à priv­ilégi­er seront générale­ment doux et nour­ris­sants. Bien que cer­tains fruits crus soient appro­priés, les fruits cuits sont plus faciles à digér­er et offrent une chaleur, une humid­ité et une douceur sup­plé­men­taires. C’est la sai­son des com­potes de pomme ! Préférez-les cuites (au vitaliseur pour préserv­er leurs micronu­tri­ments).

***

N’hésitez pas à abuser des épices et condi­ments locaux favor­ables : ail, gin­gem­bre, anis, aneth, basil­ic, sar­ri­ette, estragon, thym, cur­cuma, men­the, lau­ri­er, corian­dre, fenouil, ori­g­an, safran, sauge, sel gemme, mar­jo­laine…

@vidya

  • Si vous devez manger des cru­dités, gardez-les en petites quan­tités et mangez-les à midi, lorsque la force diges­tive est à son apogée.
  • Et n’oubliez pas qu’il est préférable de déguster les fruits et les jus de fruits seuls, 30 min­utes avant et idéale­ment au moins 1 heure après tout autre ali­ment. Cela aide à assur­er une diges­tion opti­male.
  • J’adore manger dans des assi­ettes creuses ou bols et avec des cuil­lères. Cela ajoute au côté “com­fort food”. Et oui, le con­tenant est tout aus­si impor­tant 🙂
  • La bouil­lotte est aus­si un très bon moyen de mieux digér­er et d’aider votre Foie ! 😉
  • Mangez à horaires réguliers et dans le calme. C’est la péri­ode pour s’initier à la pleine con­science 🙂

3) Monodiète et cure de jus après les fêtes

La péri­ode des fêtes influ­ence sou­vent notre manière de manger, et il est par­fois dif­fi­cile de dire “non mer­ci” aux plats rich­es et déli­cieux con­coc­tés pour l’occasion ! Heureuse­ment, plusieurs choix s’offrent à nous pour venir rééquili­br­er notre ali­men­ta­tion et lim­iter la pro­duc­tion de déchets organiques liés à une ali­men­ta­tion trop riche. Pour repos­er le sys­tème diges­tif Cécile vous con­seille deux options faciles à met­tre en place:

  1. La monodiète con­siste à manger le même ali­ment tout au long de la journée. Par exem­ple, des pommes, cuites, ou crues. Ou bien du riz com­plet, matin, midi, et soir, agré­men­tés d’herbes aro­ma­tiques, de graines de sésame ou autre. Vous pou­vez aus­si manger plusieurs légumes, faire une poêlée de choux de fleurs et poireaux le midi, puis faire une soupe veloutée le soir. 
  2. Les Jus crus :  J’ai une affec­tion toute par­ti­c­ulière pour les Jus.  Oui ! Même s’il est préférable de boire et manger chaud en Hiv­er, inté­gr­er des jus à tem­péra­ture ambiantedans son quo­ti­di­en est un excel­lent moyen d’apporter des minéraux et des vit­a­mines préservées que l’on retrou­ve en moin­dre quan­tité lors de la cuis­son des ali­ments. Pourquoi ne pas vous offrir un Jus ou deux par jour, pour venir apporter des nutri­ments essen­tiels à votre ali­men­ta­tion  ? Si vous n’avez pas d’extracteur à Jus, je vous recom­mande vive­ment les “Jus d’émotions” de chez KléZia. Mon petit préféré, le Jus Ray­onne ! avec des fruits et légumes du moment, rich­es en Vit­a­mines C et anti-oxy­dants !

4) Sup­plé­men­ta­tion
Vous trou­verez la vit­a­mine C dans votre ali­men­ta­tion au tra­vers des agrumes, des kiwis mais aus­si des baies d’églantier (cyn­or­rhodons) lors de vos balades en pleine nature. Pour une cure opti­male­ment dosée, pensez aux tein­tures mères de cyn­or­rhodon ou encore au jus d’argousier. Nous vous recom­man­dons égale­ment une petite sup­plé­men­ta­tion en vit­a­mine D liposol­u­ble pour com­penser du manque de soleil durant ces quelques mois.

>Vous avez l’énergie dans les chaus­settes, et votre san­té est frag­ile en Hiv­er ?
Cécile, Natur­opathe et Réflex­o­logue, faisant par­tie de l’équipe sci­en­tifique KléZia, vous accom­pa­gne au tra­vers de cette sai­son et en préven­tion pour vous don­ner les clés et astuces qui stim­uleront votre énergie vitale. Grâce au Dien Chan, à la phy­tothérapie et aux fleurs de bach, elle vous aidera à pass­er un Hiv­er des plus sere­in !

MEMO
Le corps s’adapte à cha­cune des saisons, et l’Hiver est la sai­son qui demande le plus d’énergie à votre corps pour affron­ter le froid. Pour cela, il suf­fit d’appliquer des règles d’hygiène de vie sim­ples au quo­ti­di­en, afin de poten­tialis­er votre énergie vitale et de vous ren­forcer en cette sai­son ! 
> L’Hiver est syn­onyme de Repos
> Organe : Reins
> Manger de sai­son, cuit, chaud, humide, onctueux
> Boire à tem­péra­ture ambiante/chaude

Cécile & Raphaëlle

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.