Mon cuit-vapeur SANTE : Le Vitaliseur de Marion

Nous le savons, la san­té passe en par­tie par ce qui se trou­ve dans nos assi­ettes. Au-delà des ali­ments que vous y met­tez, un point à ne pas nég­liger reste leurs modes de trans­for­ma­tion : raf­fi­nage (farine blanche vs farine com­plète) , extru­sion (galettes de riz souf­flées, pop corn…),… et cuis­son !
Certes, cer­tains man­gent cru, mais la cuis­son pos­sède ses avan­tages : elle per­met de détru­ire les bac­téries et autres sub­stances pou­vant se révéler tox­iques, de faciliter la diges­tion de cer­tains ali­ments, et d’en amélior­er leur saveur pour le plus grand plaisir de nos papilles.

Et quand on par­le de cuis­son, les pos­si­bil­ités ne man­quent pas : four, micro-ondes, poêle, wok, vapeur… Cepen­dant, tout avan­tage à ses pro­pres lim­ites. Un mau­vais choix de cuis­son peut détru­ire la qual­ité nutri­tion­nelle nos ali­ments et impacter notre san­té.

Vous vous deman­dez peut-être ce que qual­ité nutri­tion­nelle sig­ni­fie ? Il s’agit de préserv­er aus­si bien les macro-nutri­ments (glu­cides, lipi­des, pro­tides), que les micro-nutri­ments (vit­a­mines, enzymes, oli­go-éle­ments) plus qu’important à notre bonne san­té.

Cer­tains d’entre eux, comme la vit­a­mine C, ne peu­vent pas être fab­riqués par notre corps. C’est donc seule­ment l’alimentation qui peut nous la fournir.

Or, une forte carence en :

  • Vit­a­mine C, vit­a­mine hydrosol­u­ble, entraîne une mal­ab­sorp­tion du fer, un affaib­lisse­ment des glob­ules rouges qui rend le corps plus vul­nérable face à des mal­adies comme la grippe ou rhume par exem­ple,
  • Fer, oli­go-élé­ment, peut entraîn­er une anémie,
  • Mag­né­si­um, oli­go-élé­ment, peut provo­quer stress, fatigue et anx­iété…

Bref, leurs intérêts sur le corps sont très impor­tants tant au niveau du métab­o­lisme énergé­tique que de la struc­ture même de notre organ­isme. Facile­ment détéri­orés car ther­mosen­si­bles, il est donc impor­tant de les préserv­er en adap­tant nos méth­odes de cuis­son. Mais lesquelles ?! Démar­rons par les cuis­sons dites tra­di­tion­nelles :

  • La bonne vieille cocotte-minute utilise la vapeur sous-pres­sion. Lors de cette cuis­son, la tem­péra­ture peut attein­dre plus de 140° et s’attaque donc à la struc­ture même de l’aliment. Les vit­a­mines et fibres sont détru­ites, les minéraux sont trans­for­més et inas­sim­i­l­ables…, les enzymes diges­tives sont dés­ac­tivées, les couleurs sont passées et les goûts fades. Les ali­ments cuits à la cocotte-minute per­dent près de 90% de leurs vit­a­mines. On con­tin­ue ?

 

  • La cuis­son au bar­be­cue, au four ou à la poêle entraîne la for­ma­tion de molécules tox­iques. En pous­sant la cuis­son, on peut même aller jusqu’à obtenir du goudron et des hydro­car­bu­res qui se révè­lent être can­cérigènes et tout comme la cocotte-minute, ces cuis­sons sèch­es à haute tem­péra­ture entraine­ment une perte nutri­tion­nelle.

 

  • Le micro-onde quant à lui, mod­i­fie la struc­ture des ali­ments au point de ren­dre cer­taines pro­téines tox­iques. C’est le cas de la pro­line du lait qui sous l’effet du micro-ondes subit une isoméri­sa­tion provo­quant un nou­v­el arrange­ment spa­tial de la molécule et aboutis­sant à la syn­thèse d’une autre molécule neu­ro-tox­ique : la D pro­line. Vous pou­vez aus­si tester de met­tre des fleurs dans une eau du robi­net et une eau refroi­die, préal­able­ment chauf­fée au micro-ondes. Observez… Cette eau inhibe la ger­mi­na­tion des graines et devient tox­ique pour la survie d’organismes aqua­tiques. Oubliez tout de suite les mug cakes… Mais bon, quel gain de temps !

 

  • La cuis­son à l’eau entraine quant à elle, une perte de 30 à 50% des vit­a­mines sans compter la perte des vit­a­mines hydrosol­ubles (car sol­ubles dans l’eau : vit­a­mines A,D,E,K)

    @shutterstock

Et c’est ain­si qu’on par­le de mal­nu­tri­tion alors que nous ne souf­frons pas de dénu­tri­tion en mangeant à notre faim. Com­ment est-ce pos­si­ble ? Les micronu­tri­ments sont très sen­si­bles aux tem­péra­tures supérieures à 100°C, d’autant plus que leur durée de cuis­son s’allonge et que leur milieu est sec. C’est pourquoi si vous vous préoc­cu­pez de votre assi­ette, un pro­fes­sion­nel de la micronu­tri­tion vous recom­man­dera les cuis­sons rapi­des telles que le wok et dans des milieux humides comme à la vapeur.

Le wok est une cuis­son haute tem­péra­ture mais ultra rapi­de. L’aliment est juste saisi et con­serve le max­i­mum d’éléments vitaux en son cœur.

Pour la cuis­son vapeur, on estime une perte de 15 à 20% des vit­a­mines. Cepen­dant, plusieurs types de cuis­son vapeur exis­tent et ne se valent pas.

Je vous présente donc un cuit-vapeur pas comme les autres : Le Vitaliseur de Mar­i­on. Tout comme le Vita­mix, je l’utilise au quo­ti­di­en pour réalis­er mes créa­tions. Vous pour­rez aus­si le décou­vrir dans mes ate­liers de cui­sine saine et engagée.

Voilà, selon moi, pourquoi il se démar­que des autres cuits-vapeur :

 

1-Son intérêt côté san­té

Créé en 1985 par Mar­i­on Kaplan, bio-nutri­tion­niste, et André Cocard, ingénieur chimiste, la créa­tion du Vitaliseur de Mar­i­on a été appuyée par des recherch­es pré­cis­es en biochimie cel­lu­laire. Sa tech­nolo­gie per­met une cuis­son rapi­de et dans un milieu humide pour pro­téger vos ali­ments et donc votre san­té.

@vitaliseur Pour la petite anec­dote, Mar­i­on Kaplan a été une des 1ères à m’ouvrir le voie de l’alimentation saine

*Sa cuis­son est fondée sur un principe clé : garder les ali­ments vivants grâce à une cuis­son dite « vapeur douce ». Oui douce, car elle garan­tit des ali­ments cuits à cœur sans dépass­er les 95°. C’est la tem­péra­ture idéale dans un milieu idéal (humide) pour con­serv­er voir ampli­fi­er la teneur en micronu­tri­ments. Con­traire­ment à d’autres cuits-vapeur, il n’y a qu’un seul étage per­me­t­tant de garan­tir l’exacte tem­péra­ture.

Atten­tion cepen­dant à veiller à pos­er le panier vapeur avec les ingré­di­ents à cuire dès que l’eau bout forte­ment. C’est ain­si que vous pour­rez préserv­er le max­i­mum d’éléments vitaux. Expli­ca­tion ! Chaque matière organique (vivante), se décom­pose, une fois cueillie/morte… grâce à des enzymes organique (de destruc­tion). C’est ain­si qu’on obtient un com­post et qu’on ne croule pas sous nos déchets verts. Or pour con­serv­er au max­i­mum de vit­a­mines, le but est d’inactiver l’action de ces enzymes sous l’effet de la chaleur. On com­prend que pour une cuis­son cocotte-minute, la mon­tée en tem­péra­ture per­met seule­ment d’amplifier l’action de ces enzymes et donc la perte nutri­tive du plat pré­paré… (sans compter l’effet de la pres­sion)

Quant aux enzymes diges­tives, comme leur nom l’indique, elles ont pour but de nous aider à mieux digér­er. Chaque fois que nous man­geons un ali­ment dépourvu d’enzymes (car détru­ites à la cuis­son), notre organ­isme doit pro­duire des enzymes diges­tives pour com­penser le manque. Petit à petit, le cap­i­tal d’enzymes métaboliques s’épuise. Il est donc impor­tant de ne pas détru­ire ses ali­ments à la cuis­son et d’utiliser cette cuis­son douce qui les préserve. On peut ain­si par­ler de cuis­son façon “crue”. Les ali­ments con­som­més crus sont encore vivants et pos­sè­dent encore toutes leurs enzymes diges­tives, vit­a­mines, fibres et minéraux : les bien­faits sur notre san­té sont donc impor­tants (aug­men­ta­tion de l’énergie, équili­bre hor­mon­al, ren­force­ment du sys­tème immu­ni­taire…). Mais voilà, tout le monde n’a pas le métab­o­lisme pour manger cru, ni l’envie ! Les per­son­nes sen­si­bles aux fibres ou les femmes enceintes se voient con­traintes de lim­iter le cru. Elles retrou­veront le plaisir d’une ali­men­ta­tion vivante avec cet appareil.

*Préserv­er ce qui rend les ali­ments vivants c’est aus­si con­serv­er leurs saveurs. Vos petit-pois auront un vrai goût de… petit-pois. Esthé­tique­ment par­lant c’est aus­si bluffant, les épinards restent incroy­able­ment verts : à nous les belles assi­ettes col­orées ! Voilà une nou­velle tech­nique pour « blanchir » vos ali­ments sans per­dre toutes les vit­a­mines hydrosol­ubles (B,C…) dans l’eau de cuis­son 😉

*Un petit tour au ham­mam (chaleur humide) et les tox­ines, pes­ti­cides, graiss­es et acides sat­urés de sur­face sont détru­its et tombent dans l’eau de cuis­son. Votre diges­tion se portera mieux tout comme votre cœur, vos artères et votre taux de cholestérol. Comme déjà évo­qué, l’unique panier qui per­met de garan­tir une cuis­son à 95°, pro­tège aus­si vos ali­ments. En super­posant les tamis, comme c’est le cas des de nom­breux cuit-vapeur, les tox­ines des ali­ments du dessus suin­tent sur ceux de l’étage du dessous et donc les con­t­a­mi­nent.

*Utilis­er le Vitaliseur, c’est entretenir son micro­biote intesti­nal. Le micro­biote per­met à notre organ­isme de se défendre con­tre les agres­sions extérieures (virus, bac­téries…). À not­er que les 60 à 70% des cel­lules immu­ni­taires se trou­vent dans notre intestin. Le micro­biote est alors plus ou moins effi­cace en fonc­tion de notre hygiène de vie. En priv­ilé­giant les végé­taux et les modes de cuis­sons comme la vapeur douce, nous con­tribuons à ren­forcer notre immu­nité, et à préserv­er notre san­té.

 

2. Ses car­ac­téris­tiques tech­niques

Comme men­tion­né précédem­ment, le Vitaliseur de Mar­i­on a été conçu pour per­me­t­tre une cuis­son à la vapeur révo­lu­tion­naire.

*La vapeur, lorsqu’elle entre en con­tact avec un cou­ver­cle, retombe sous forme de gout­telettes d’eau. La forme incurvée du cou­ver­cle en forme de dôme lui per­met de gliss­er tout le long des parois en retombant dans l’eau de cuis­son et non sur les ingré­di­ents eux-mêmes. Ain­si cette eau de con­den­sa­tion ne délave pas les ali­ments qui con­ser­vent alors leurs vit­a­mines hydrosol­ubles… Grâce à cela, on peut même cuisin­er d’éton­nants cakes bien gon­flés !

@glamconscious.fr

*Son tamis et ses gros trous (6mm) per­me­t­tent à la vapeur de cir­culer plus libre­ment, de réguler la pres­sion et donc de cuire plus rapi­de­ment. Des trous moins larges entraîn­eraient une mau­vaise cir­cu­la­tion de la chaleur puisqu’ils con­stitueraient des points de chaleur trop impor­tants. Vous pou­vez donc pré-couper vos ali­ments pour rac­cour­cir leur temps de cuis­son.

oui, c’est moi !

*Com­posé d’inox 18/20, celui-ci reste un des meilleurs matéri­aux pour une cuis­son saine. Les matéri­aux util­isés ne sont pas sans effet sur nos ali­ments et donc notre organ­isme. Ici, je veux par­ler des appareils en vapeur en plas­tique. Les plas­tiques de type poly­car­bon­ate (trans­par­ents, rigides et résis­tants) con­ti­en­nent du Bis­phénol A, une sub­stance chim­ique de syn­thèse que votre organ­isme préfèr­erait ne pas assim­i­l­er. Per­tur­ba­teur endocrinien, il pour­rait provo­quer des trou­bles de fer­til­ité ou encore jouer un rôle dans l’apparition de cer­tains can­cers hor­monaux. Sa migra­tion étant large­ment favorisée lorsque les récip­i­ents sont chauf­fés, mieux vaut éviter les cuit-vapeur en plas­tique. Il en est de même pour l’aluminium, un métal poreux, qui con­t­a­mine les ali­ments avec ses micro-par­tic­ules. Il a été recon­nu que l’aluminium pou­vait être à l’origine de patholo­gies lour­des telles qu’Alzheimer.

 

3. Son intérêt côté pratic­ité

 Certes le Vitaliseur per­met de cuisin­er saine­ment et ce ne sont pas ses qual­ités tech­niques qui nous prou­veront le con­traire. Mais si en plus il peut nous faciliter la vie …

*Légumes, pois­sons, vian­des, gâteaux, plats en sauce… Le Vitaliseur de Mar­i­on per­met de faire cuire tous types d’aliments. Certes cela reste une cuis­son à la vapeur mais ça n’empêchera pas vos plats d’être gour­mands ! On dit qu’un plat « réus­si » doit jouer sur le mélange de saveurs (acide, amer, sucré, salé..) mais aus­si avoir plusieurs tex­tures. Et on fait com­ment pour avoir du croustil­lant à la vapeur ? Je vous invite à venir décou­vrir tout ça dans les prochains ate­liers de cui­sine sains et engagés KléZia. Fini le cliché de la cuis­son vapeur sans joie ni goût, réservé aux femmes qui veu­lent maigrir !

 

*Sa cuis­son est saine mais aus­si rapi­de. On compte env­i­ron 30 min­utes pour un beau poulet et 3 min­utes pour un pois­son, un véri­ta­ble gain de temps !

*Vous pour­rez cuire toutes sortes d’aliments en même temps sans que les goûts se mélan­gent. Tout peut y pass­er : viande, pois­sons, légumes, fruits. Il suf­fit juste d’échelonner les temps de cuis­son. Il est inutile de chang­er l’eau quand on veut pass­er d’un mets à un autre. On pour­ra donc con­fec­tion­ner tout un repas avec la même eau. Par con­tre, ne réu­tilisez pas cette eau, car comme vous l’avez lu plus haut, elle emma­ga­sine toutes les mau­vais­es graiss­es, résidus tox­iques…

*C’est vrai­ment l’usten­sile à tout faire. Il per­met de cuire vapeur ou bain-marie, mais aus­si de décon­gel­er, de réchauf­fer ou encore de main­tenir vos ali­ments au chaud. Je l’utilise même pour faire fon­dre des bouts de savons pour en refaire un nou­veau^^ Vous pour­rez y faire des oeufs pochés, des yaourts mai­son… Décou­vrez d’autres idées dans l’onglet astuces du compte insta­gram.

@vitaliseur

*Ce cuit-vapeur s’adapte à tous les feux : élec­tric­ité, vit­rocéramique, induc­tion et même gaz.

                                                                         ***

Et puis chez KléZia, on encour­age la pro­duc­tion et la con­som­ma­tion respon­s­able !  Alors on appré­cie quand le Vitaliseur de Mar­i­on s’engage à lim­iter sa fab­ri­ca­tion, et  prévoit des expédi­tions groupées qui s’effectuent 2*/mois.

J’espère que vous com­pren­drez pourquoi KléZia en fait son com­pagnon de route pour réalis­er nom­breuses pré­pa­ra­tions comme les Pains Vapeur du Brunch, Crèmes de légumes des Lunch­box, Crèmes anglais­es, Purées de fruits, Laits ther­misés…

Même les grands chefs s’y met­tent comme Pierre Augé.

@vitaliseur

@vitaliseur

Alors si vous aus­si, vous êtes ten­tés par cette nou­velle aven­ture culi­naire, plus respectueuse de votre san­té, KléZia et le Vitaliseur de Mar­i­on vous offrent un code pro­mo­tion­nel de 10%. Pour l’obtenir, envoyez-moi un mail à contact@klezia-patisserie.fr et je serais ravie de vous en faire part. Il ne vous manque plus que de met­tre à l’honneur les pro­duits de nos pro­duc­teurs en exploitant tout leur poten­tiel !

Pour plus d’informations sur cet appareil , vous pou­vez faire un tour sur le site du Vitaliseur de Mar­i­on > https://vitaliseurdemarion.fr/officiel/vitaliseur-de-marion/

Et ici pour des d’autres idées recettes
> https://www.95degres.com/recipes 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *